S'inscrire gratuitement
Prendre rendez-vous

Employeurs, quelles aides en matière d'embauche ?

Par Elsa Paparone on 15 juil. 2018 14:05:19

Dans Les embauches, Entrepreunariat, Création d'entreprise, conseils, Les aides financières

L'embauche de personnel est un élément clef de l’expansion de votre entreprise, cependant, cette phase a également un coût. 

Sachez qu’il est possible pour vous, employeurs, de bénéficier de multiples avantages.

Suivez votre Finama-guide et découvrez le panel de ces aides auxquelles vous pourrez (peut-être) prétendre !

 

handshake blog

 

Les aides pour l'embauche de salariés spécifiques ou CICE

Son prédécesseur, l’aide à l’embauche pour les PME permettait de bénéficier d’une prime allant jusqu’à 4000e, elle n’est plus en vigueur aujourd’hui.

Cependant, ne vous affolez pas, d’autres dispositifs existent pour vous permettre d’alléger vos charges, on parlera notamment du CICE.

Il s’agit du crédit d’impôt pour la compétitivité et pour l’emploi. Cette aide est accessible à toutes les entreprises imposées à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu et employant des salariés.

Il s’impute en priorité sur l’impôt dû au titre de l’année au cours de laquelle les rémunérations prises en compte pour le calcul du CICE ont été versées. Il peut ensuite être imputé sur les trois années suivantes. Il est restitué au-delà de ce délai.

Son objectif est de donner aux entreprises des marges de manœuvre supplémentaires pour embaucher, investir et innover grâce à une baisse du coût du travail.

Pour tester votre éligibilité au CICE c’est par ici  >> En savoir plus !

A noter qu’à partir de 2019, il sera supprimé et remplacé par un allègement de cotisations patronales à hauteur de 6%.

 

Notre seconde aide concerne les formations de jeunes en alternance. Il est possible via certains contrats, pour les entreprises, de recruter des jeunes qui suivent une formation en alternance, tout en réduisant le coût de ces embauches.

  •  Le contrat d'apprentissage

Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail de type particulier conclu entre un apprenti (et un représentant légal si l’apprenti est mineur) et un employeur.  Articles L 6221-1 du code du travail. 

 

  • Le contrat de professionnalisation :

Il s’agit d’un contrat de travail associant formation théorique dispensée dans un organisme de formation et acquisitions de savoir-faire sur le poste de travail en entreprise. La formation suivie en organisme de formation est régie par la réglementation relative à la formation professionnelle continue. Article L 6325-1 du code du travail.

 

 capture tableau apprentissage

>> source

Notez bien que le recrutement d'un élément par le biais de ces deux types de contrat vous permettra de former comme vous le souhaitez un futur collaborateur et de le faire adhérer à la culture de l'entreprise ! Si vous êtes encore hésitant, consultez le détail  >> En savoir plus !

 

 

Des aides sont également disponibles pour l’embauche d’un demandeur d’emploi. Ces types de contrats, nommés les contrats uniques d’insertion, ont pour objectif de faciliter l’embauche des personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles d’accès au dit emploi. Sont concernés les employeurs d’un secteur spécifique, le secteur marchand, cotisant au régime d’assurance chômage. A contrario, dans le secteur non marchand, le CUI se décline en contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI – CAE).

 

Passons aux aides pour l’emploi dans les zones en difficulté. Afin de venir en aide aux entreprises implantées dans des secteurs géographiques sujettes aux difficultés socio-économiques et de lutter contre le chômage, de nombreux dispositifs ont été mis en place.

Les zones concernées sont les ZRR ou zones de revitalisation rurales, les ZRD, zones de restructuration de la défense et, finalement, les QPV, quartiers prioritaires de la ville.

 

Finalement, postérieurement à l’embauche, l’entreprise pourra prétendre à des dispositifs de réduction des cotisations sociales, avec la réduction Fillon, la réduction du taux de la cotisation d’allocations familiales et l’exonération de contribution patronale d’assurance chômage pour l’emploi de personnes de moins de 26 ans en CDI. La loi dite Fillon peut entrainer une réduction des cotisations patronales d’allocations familiales, d’assurance vieillesse, maladie et d’invalidité décès. Attention, elle ne concerne que les revenus ne dépassant pas 1,6 fois le SMIC. Il vous incombe, employeurs, de pratiquer l’exonération directement via le bordereau récapitulatif de cotisations ou bien sur la déclaration sociale nominative.

Vous n’aurez pour cela besoin d’aucune autorisation préalable.

Accédez au détail par ici  >> En savoir plus !